Le matériel d’aiguisage


  • L’usage d’une meule, d’une ponceuse ou d’un accessoire de perceuse: un grain trop grossier fait plus de dégâts qu’autre chose; une vitesse de rotation trop importante risque de chauffer la lame et de réduire à néant les bénéfices du traitement thermique;couteau ceramique
  • A fortiori, tout appareil électrique vendu en VPC comme « solution miracle »;
  • Les « pierres à faux » proposées en rayon jardinerie ou bricolage, trop grossières;
  • Les fusils métalliques à mèche crénelée, qui endommagent le fil.

A la place, utilisez plutôt:

 

  • Une pierre naturelle ou reconstituée, à grain très fin, de type « pierre de cuticule » ou « pierre d’Arkansas »;
  • Encore mieux, un jeu complet de pierres, ce qui vous permettra d’affiner l’aiguisage de la lame en la passant sur des grains de plus en plus fins (note: plus le n° est bas, plus le grain est grossier);
  • Pour les joueurs, le « truc » de la toile émeri (grain 800 ou au-dessus de préférence) fixée sur un morceau de carton fort ou un tapis de souris;
  • Les fusils en céramique, pour un entretien léger;
  • Les kits proposés par certains fabricants américains: non seulement vous pourrez fignoler votre ouvrage par des passages sur des matières de moins en moins abrasives, mais vous pourrez maîtriser l’angle d’affûtage grâce à des guides;
  • Les pierres à double face: une face diamantée pour le « gros ouvre », une face céramique pour la finition, ou l’entretien de fils pas trop abîmés;
  • Pour les perfectionnistes, un cuir à rasoir, dont une face est enduite de pâte à polir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *